Le mélèze, bois noble

© G. DERABAT

C'est un résineux comme le séquoia et le genèvrier thurifère appartenant à la famille des abiétinées. Le mélèze est un " sapin " pas ordinaire car c'est l'un des seuls à perdre ses aiguilles en automne toutes en même temps contrairement à ses cousins qui gardent leurs aiguilles de 2 à 3 ans et qui les perdent régulièrement tout au long de l'année. Sa silhouette en forme conique peut atteindre plusieurs mètres. Ses branches ont un aspect fin et les rameaux sont couverts de verrues en bois. L'écorce écailleuse diffère au toucher doux des aiguilles poussant en touffes sauf à la pointe des rameaux nouveaux. Les aiguillent au printemps tirent sur le vert clair et les fleurs naissent couleur groseille. On dit du mélèze que c'est une espèce pionnière car il pousse là où la forêt n'existe pas encore. Ses fines aiguilles tombant à terre vont se transformer en humus où graines et plantes vont pouvoir se développer. Cette essence a une croissance très lente. Il lui faudra 20 à 30 ans pour atteindre 3 à 4 m de haut. Les hommes le protègent et le maintiennent car il permet l'extension des pâturages et de retenir le manteau neigeux, évitant ainsi les avalanches.

Exposition

Le mélèze pousse jusqu'à 2500 m (étage subalpin). En moyenne montagne il se plaît sur le versant nord (Ubac) tandis qu'en haute montagne il est présent sur les deux versants.

Fruit

Au printemps, les mélèzes en fleurs couleur rose framboise(femelles) et des fleurs jaunes (mâles), cylindriques éclosent. En secouant les branches de mélèze au printemps, une ribambelle de grains de poudre jaune et fine s'en échappe, le vent aide à disperser cette poudre et la fleur fécondée se transformera en fruit, appelé cône. Ces derniers écailleux, contiennent des graines. Les cônes encore jaunâtres sont ceux de l'an passé, ceux noirâtres à gris ont deux ans d'existence et ne vont pas tarder à tomber. Vous pouvez donc observer sur les branches jusqu'à trois générations.

Habitants

Ecureuil, pinson des arbres, hibou moyen duc

Allies

Lichens : Quand les mélèzes en sont couverts cela veut dire qu'ils sont en bonne santé et que l'atmosphère n'est pas polluée.
Fourmi : Sa capacité à pouvoir transporter beaucoup de petits cadavres d'insectes qu'elle enfouit dans le sol, cela permet de nourrir le mélèze.

Ennemis

Les bovins avec leur passage répété tassent la terre et empêche la reproduction des graines.
Les skieurs hors-piste peuvent sectionner de jeunes plants de mélèzes et autres conifères.
Les remontées mécaniques sont également une source de destruction du mélèzin, occasionnant la disparition d'un toit et couvert pour oiseaux et écureuils.

Parasites

La tordeuse, papillon dont les chenilles mangent les bases des aiguilles de mélèze tous les 9 ans (durée du cycle de l'insecte) et qui les fait roussir en été.

Anecdote

On a trouvé le dernier mélèze, haut de 30 cm, sur les pentes du Pelvoux à 2800 mètres.

Utilisation

Son bois, à l'aubier mince blanc-jaunâtre, entoure un coeur brun-rouge. Très imprégné de résine, sa résistance à la sécheresse (en altitude), aux intempéries et aux chocs est exceptionnelle. Imputrescible, durable et esthétique, le bois de mélèze est apprécié pour la charpente, la menuiserie et les bardeaux de toiture.

Bardeaux et bardages sont une spécialité des Alpes du Sud. Le mélèze est un matériau de choix en terme d'imperméabilité, de pérennité et d'esthétique, car même laissés au naturel, les bardeaux se teinteront avec le temps d'une couleur grise argentée.

Traitement

Les bois autres que le mélèze demandent souvent un traitement insecticide, anti-thermites, fongicide et anti-bleu. Il suffit d'huiler ou de cirer cette essence pour le nourrir et ralentir son grisonnement. Son unique point sensible est le contact direct avec le sol sans traitement au préalable.

Localisation

Le mélèze vit dans toutes les Alpes jusqu'aux Carpathes. Chez nous, nous le trouvons en abondance en Savoie (Tarentaise et Maurienne) mais également dans le Briançonnais, l'Embrunais, le Champsaur et plus au sud, en Ubaye, en Tinée et en Vésubie. D'une longévité exemplaire, 300 à 500 ans, il ne reste aujourd'hui que de rares peuplements âgés.

Voir les archives